Bien préparer une vente en enchère

Bien préparer une vente en enchère

Les enchères sont très différentes des ventes régulières. En plus d’être complets et rapides, ils sont inconditionnels. Lorsque ce marteau tombe, l’objet en question est « VENDU ». Bien se préparer pour ces quelques minutes d’enchères est essentiel pour les acheteurs. Tandis que de nombreux acheteurs recherchent des clauses de protection des clauses financières, des inspections de bâtiments et des périodes de réflexion, les acheteurs amoureux d’une vente aux enchères risquent un achat inconditionnel. Les enchères sont une expérience éprouvante pour la plupart des gens. 

Se préparer à soumissionner en toute confiance nécessite un plan. Il est également utile d’être  armé d’un chiffre raisonnable. Ce nombre doit prendre en compte une combinaison de ventes comparables, une position concurrentielle pour défier le niveau d’intérêt observé et une limite reflétant le profil de risque et le budget de l’acheteur. Avec une grande expérience dans le domaine du marché de l’art des ventes aux enchères, Marc-Arthur Kohn nous dévoile quelques secrets pour une vente aux enchères réussie…

Se mettre en position

Le jour des enchères, les enchérisseurs les plus forts se positionnent de manière à pouvoir voir clairement le commissaire-priseur et les acheteurs concurrents. Ils soumissionnent avec confiance et ne consultent pas d’autres personnes. Donner à la foule l’impression que vous allez gagner l’enchère et que vous pouvez aller très loin! Et porter une paire de lunettes noires n’est que le début du jeu de l’intimidation.

Etre précis 

Donner des offres claires et fortes en succession rapide peut faire toute la différence. Le travail d’un soumissionnaire intelligent consiste à se débarrasser de la concurrence et à raccourcir son temps de réflexion. D’autres soumissionnaires qui sont moins préparés et envisagent de faire des offres plus élevées auront du mal à suivre le rythme d’un soumissionnaire rapide et confiant. Un signe de bonne offre est lorsque les autres soumissionnaires hésitent à continuer à soumissionner, malgré leur capacité financière à le faire, en raison de la domination perçue du plus offrant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *