Liposuccion des cuisses : ce qu’il faut savoir

Liposuccion des cuisses

Régime amincissant, sport intensif… Vous avez tout essayé ? Lorsque les rondeurs persistent, il existe une solution magique: la liposuccion des cuisses ! Egalement qualifiée par certains de lipoaspiration, cette opération met fin à tous les masses graisseux récalcitrants. Oui, mais en quoi consiste cette opération de chirurgie esthétique ? Comment se déroule-t-elle concrètement ? Quelles sont les suites postopératoires ?

 

La liposuccion des cuisses, kézako ?

Avec l’âge et la sédentarité, les femmes, comme les hommes, accumulent les graisses dans des parties différentes de leur corps. Dotée d’une morphologie « gynoïde », la femme a tendance à avoir des rondeurs plutôt localisées au niveau des membres inférieurs, et notamment, des cuisses. Associée à un relâchement musculaire et épidermique, cette accumulation lipidique devient parfois inesthétique et très compliqué à enlever même au tarif de très nombreux régimes alimentaires, massages, etc. C’est là que la liposuccion des cuisses intervient. Cette opération consiste, en effet, à enlever les masses graisseuses qui se sont retrouvées prisonnières de l’hypoderme. Tout dépend des patientes, le médecin chirurgien pourra ainsi intervenir sur des multiples zones des cuisses pour les remodeler : intérieur, avant, arrière, culotte de cheval…

 

Comment se déroule l’opération ?

Selon les cas, la lipoaspiration des cuisses est réalisée sous effet d’une anesthésie générale ou locorégionale et dure, moyennement, entre 1 heure et 2 heures. Lors de la consultation préopératoire, le médecin chirurgien repère les zones à opérer. Le jour de l’opération, il injecte sous la peau des cuisses une solution spéciale afin de dissoudre les amas graisseux et, également, faciliter leur aspiration. Pour atteindre les zones concernées, le praticien effectue de minuscules incisions au sein desquelles il intègre des canules de mousse. Dotés d’une extrémité perforée, ces instruments permettent d’éliminer les graisses en exerçant des mouvements de va-et-vient. Au terme de l’intervention, les incisions sont refermées avec de points résorbables, puis recouvertes d’un pansement.

 

Quelles sont les suites postopératoires ?

Dans le cadre d’une hospitalisation ambulatoire, la liposuccion des cuisses n’est certes pas une opération lourde, cependant elle peut néanmoins causer des douleurs plus ou moins importantes selon le volume graisseux enlevé. Des ecchymoses et des œdèmes sont susceptibles de survenir à la suite de l’opération, causant des douleurs plus ou moins intenses. Celles-ci seront soulagées à l’aide d’antalgiques. Durant un mois au minimum, la patiente doit également porter un « panty » de contention pour gainer la zone oprére et de contribuer à son remodelage. Dans la majorité des cas, la marche est possible dès le lendemain de la liposuccion par contre la reprise d’une activité sportive n’est pas recommandée avant un mois au minimum.

 

A quels résultats peut-on s’attendre ?

Le principal objectif de la liposuccion des cuisses est que le résultat est immédiatement remarquable après l’intervention. Il faut tenir compte que les cellules graisseuses, une fois aspirées, n’ont pas la faculté de se multiplier à nouveau. Le travail accompli par le chirurgien présente donc un caractère définitif. Néanmoins, le remodelage de la silhouette ne sera achevé que 3 à 6 mois plus tard, c’est-à-dire lorsque la peau des cuisses aura retrouvé une toute nouvelle élasticité et aura épousé les nouvelles formes des cuisses. Cette étape dépend principalement de la qualité de l’épiderme. Plus la peau est épaisse et tonique, plus le processus de régénération se fera rapidement et harmonieusement. Pour que la lipoaspiration soit durablement infaillible, il est néanmoins conseillé d’adopter une meilleure hygiène de vie pour éviter toute réaccumulation graisseuse.

 

Quelles sont les contre-indications ?

La liposuccion des cuisses ne constitue pas une technique amaigrissante miraculeuse. A ce titre, elle n’est uniquement pas indiquée pour les personnes qui veulent simplement perdre du poids et doit s’inscrire dans le cadre de la mise en œuvre de mesures hygiéno-diététiques sérieuses. Il existe souvent des contre-indications à ce type d’intervention, en particulier pour les femmes enceintes (ou allaitantes), les personnes ayant des risques accrus de phlébite, les personnes ayant des troubles de la coagulation sanguine, les personnes immunodéprimées, les personnes cardiaques ou également  les personnes obèses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *